ALTERNATIVE AUX DESHERBANTS CHIMIQUES

                                       Et

                 RECYCLAGE DU PLASTIQUE

 

Aujourd’hui l’utilisation des désherbants chimiques reste l’action la plus rapide et la plus  économique de lutte contre les mauvaises herbes installées sur les inter-ceps de vignes et les lignes de plantation d’arbres fruitiers.

Demain, le viticulteur, l’arboriculteur devront limiter, voire supprimer les herbicides afin de garder leurs lignes de cultures propres tout en limitant la concurrence hydrique de l’herbe.

Ils ont la solution du désherbage mécanique mais avec les inconvénients  connus.  Au fil des ans, les pieds de ceps sont abîmés voir même arrachés avec un coût important en monopolisation du temps humain, mécanique et énergétique. Certains œuvrent déjà avec des paillis,  soit en minéraux, soit  en végétaux  ou films plastique, avec les avantages observés depuis de nombreux essais  par les centres de recherches et les chambres d’Agriculture, mais ils ont tous un handicap majeur, la non pérennité.

En parallèle, il faut aussi considérer le fait que  le pourcentage de matière  plastique recyclée est si infime, qu’il provoque la pollution de nos fonds marins.  Nous  devons augmenter ce recyclage par des initiatives telles que celles que   propose INOVINEA

 Aujourd’hui INOVINEA, avec son paillis artificiel Symbio en plastique de recyclage et régénérable, offre aux acteurs agricoles cette pérennité tout en gardant les avantages connus du paillis. (Voir détail des essais de l’institut de recherches scientifiques et technologiques pour l’environnement et l’agriculture ‘’IRSTEA’’ sur le site Inovinea)

Cette solution permet de donner à l’agriculture une attitude écoresponsable  en sachant que l’action du zéro glyphosate, couplée à l’essor de l’industrialisation dans cette régénération du plastique, permet d’en diminuer la matière première. L’objectif pour la planète est de passer à 70 % de recyclage dans les années à venir (Actuellement la France ne  recycle seulement que  13%).

                                                                         Patrick Rosique Chercheur Irstea

 

        OBJECTIF ZERO HERBICIDES

    VITICULTURE  & ARBORICULTURE

Seulement 19% de la surface viticole  est conduite sans désherbants chimiques (étude de 2010-Agreste).

Les autres alternatives sont la culture biologique et les outils inter-ceps qui demandent  une adaptation particulière en rapport aux différentes composantes des vignobles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

         Traitement chimique en inter ceps et inter-rangs        

         Photo  P.Rosique  Avril 2017 

La photo ci-dessus prise dans le vignoble du la région Occitanie montre bien l’effet oasis de verdure au milieu des vignes traitées chimiquement ; ce n’est pas un paysage du mois d’août mais du mois d’avril, là où la végétation devrait être verdoyante.

Pour éliminer ces pratiques, la solution du paillis inter-ceps, associée à une conduite de l’inter-rang avec des plantes de services adaptées aux caractéristiques géographiques et de sol, peut et doit se développer.

Paillis artificiel innovant, la tuile Symbio

       Sonde TDR (humidité du sol)        Installation Tuile Symbio sur Pommiers à SUD EXPE (Marsillargues)

  •   

 Une recherche d'antériorité montre que cette problématique sur  l'inter-ceps  a fait l'objet d’une démarche de recherche de  concepts de différents  paillis artificiels depuis les années 1980.

 Le centre de recherche IRSTEA a été mandaté par la société Inovinea,  jeune startup du Languedoc Roussillon, afin  d'observer,  de suivre,  de quantifier les flux hydriques, et aussi d'analyser les capacités à lutter contre les adventices, tout en mesurant  l'impact sur la vie biologique du sol. Ceci grâce à un  nouveau concept de paillis artificiel  en polypropylène (recyclé) qui a été mis au point par la société Inovinéa.

 

  Le Paillis ‘’Symbio’’  a  été  testé  en inter-ceps de  vignes sur 3 sites différents  dans l’Hérault, pour une validation des avantages connus du paillis, sur  sa particularité à conserver une certaine humidité dans le sol, à éradiquer 100% des adventices et à développer l’activation microbiologique des sols.

L’expérimentation a permis de quantifier l’efficience  de l’apport d’eau en mode pluvial ou irrigué (GGS).

 

 

 

 

Les premiers résultats montrent cette efficience  sur l’apport d’eau en grande partie grâce  aux  conduites spécifiques crées sur la tuile avec un orifice  déversoir au pied de la plante.

 

L’efficacité de lutte contre les mauvaises herbes est validée sur les essais 2016 et 2017.

L’activité biologique  en cours  d’évolution est positive  et montre bien cette  réactivation bénéfique pour la vie du sol.

La pérennité du système (+20 ans) est  l’atout essentiel qui prévaut sur tous les autres paillis actuels.

                                                     

     

En arboriculture fruitière  l’utilisation du paillis végétal ou minéral est déjà bien avancée, mais toutefois avec quelques inconvénients,  tels que la non pérennité et la prolifération de rongeurs.

La configuration de la tuile Symbio avec un espacement libre  de 3 à 4 cm entre le sol et le paillis permet à  une vie animale de  s’implanter même avec les prédateurs de chaque espèce, ce qui permet de trouver un équilibre naturel.

Contrairement au paillis végétal ou minéral qui attire les rongeurs et leur permet de nicher et de se reproduire intempestivement, la  tuile Symbio ne permet pas leur prolifération.

 

 par exemple, la réintroduction des couleuvres  pour la lutte contre les rongeurs, pourra être favorisée par l’implantation des tuiles Symbio, car elles leur offrent un accès sécurisant par rapport aux autres paillis où elles ne se sentent pas en sécurité.

 

 

La pérennité du système (plus de 20 ans) permet un amortissement à long terme sur l’achat actuel des tuiles.

Le coût d’investissement est toujours sujet à discussion, mais il faut aussi réfléchir à la santé, la qualité de vie et  l’image donnée de l’exploitant.

Ce débat préoccupe le citoyen lambda, qui par ce fait  légitimera l’achat d’un produit issu d’une agriculture écoresponsable,  participant au zéro glyphosate et à la régénération du plastique, même si celui-ci aura pour conséquence une légère augmentation du prix de vente (1 à 2% Etude Master économie  viticulture de E. Neuenschwander) permettant  ainsi un amortissement plus rapide.

INOVINEA : 06.79.59.25.76